Vestiges à St-Laurent

Home/Archéologie/Vestiges à St-Laurent
Vestiges à St-Laurent 2017-06-17T12:07:24+00:00

Project Description

De la préhistoire à l’époque romaine

L’histoire

pointe-fleche_250x159_IMG_2522Notre village de St-Laurent a le privilège de l’ancienneté et l’on peut remonter très loin dans son histoire. Nous ne pouvons fixer exactement son origine. Elle est certainement préhistorique et même paléolithique, témoins les nombreux blocs de silex et éclats de silex que l’on rencontre un peu partout sur son territoire, ainsi que plusieurs exemplaires de lames et grattoirs en silex taillés.

Néolithique bien sûr ensuite, par la découverte de haches et de polissoirs en variolite et en serpentine polis. Ce qui prouverait que l’emplacement de notre territoire était habité dans les périodes les plus reculées de l’humanité.

Quoi qu’il en soit, nous pouvons affirmer à plus forte raison que St Laurent ou son territoire était habité à différentes époques historiques très anciennes :

Chronologie

  • D’abord au VIIème siècle avant Jésus-Christ comme le prouvent les débris de poteries étrusques trouvés au pied des collines;
  • Puis à l’époque de la fondation de Marseille par les Grecs, témoins les tessons de poteries ioniennes et les fonds d’amphores massaliotes trouvés également aux mêmes lieux;
  • Ensuite, à l’époque Gallo-Romaine comme en témoignent des pièces de monnaie;
  • et enfin à l’époque des Invasions barbares qui ont eu lieu au Vème siècle de notre ère, comme le prouvent, trouvés encore au même endroit et dans différents quartiers du territoire, des sarcophages et des poteries wisigothiques.

Vestiges à foison

anse-amphore_250x167_IMG_2523Surtout aux abords des collines, se trouvent épars dans les champs d’innombrables fragments de poteries fines ou grossières pour la plupart :
  • Des anses d’urnes et des fragments de poteries qui à la cassure révèlent une couleur noire, sont étrusques.
  • Un tesson de poterie attique (région de l’Ancienne Grèce dont la capitale fut Athènes) et des tessons ornés de peintures dénotent l’origine grecque.
  • Enfin des dalles de sarcophages et des poteries ornées de carrés estampés sont les témoins du passage des Wisigoths.

On trouve également des tessons de magnifiques poteries fines d’un beau rouge lustré, orné de dessins les plus délicats: c’est la poterie soit « samienne » (originaire de Vile Grecque de Samos), soit « graufesenque », fabriquée à Milhau (Aveyron) et qui imitait les poteries importées d’origine grecque.

Nous avons eu la chance de trouver des fonds de vases, coupes ou coupelles mentionnant le nom de trois potiers : Carnissius, Xanthus et Bassi.
Toutes ces découvertes prouvent qu’à ces différentes époques (VIIème et VIème siècle avant Jésus-Christ) notre territoire était habité, et que ses habitants faisaient du commerce avec les Étrusques, ensuite avec les Grecs phocéens qui vinrent fonder Marseille 600 ans avant Jésus-Christ.

Cela prouve aussi qu’en même temps, une voie de communication existait alors (ce qui a été controversé) sur la rive droite du Rhône, et passait aux abords Nord de notre village.

Objets bien définis

Il nous faut maintenant mentionner spécialement les objets trouvés bien définis qui datent à coup sûr les différentes époques que nous avons citées :
  • Pour le Paléolithique : une hache et des racloirs en silex taillés trouvés par nous-même au pied même de la colline où se trouve l’oppidum.
  • Pour le Néolithique : toujours au même lieu, une hache en pierre polie découverte par Mr Désiré André. Cette hache est une merveille et certainement une des plus belles que nous avons pu voir dans différents musées. Ensuite, trouvé par nous même, un polissoir en serpentine polie.
  • Pour l’époque des Étrusques : une anse d’amphore et des tessons de poteries qui à la cassure présentent une teinte noire, ce qui caractérise la poterie de cette civilisation.
  • Pour la période Grecque : des tessons de poteries ioniennes fines ornées de peinture brune et rougeâtre. Ces débris de poteries ont été identifiés par Mr Rolland, conservateur du musée de St-Rémy-en-Provence, directeur des fouilles de Glanum, Vaison-la-Romaine et St-Blaise, qui est venu à St-Laurent sur les lieux durant l’été 1963. Ensuite les tessons de poteries samiennes.
  • Pour l’époque Gallo-Romaine toujours à « Bouzigues », Mr Désiré André eut la chance de trouver en surface une merveilleuse bague en or massif représentant un serpent à deux têtes opposées, se rejoignant sur ce qui semble figurer une pomme. Le travail est d’un fini irréprochable et aucune éraflure ni aucune déformation ne vient nuire à ce splendide bijou.
    Cette bague a été expertisée par les beaux-arts de Nîmes. Elle est la troisième trouvée dans le Gard. Elle est classée première comme poids et deuxième comme beauté artistique.
  • Enfin, trouvée par nous-même, toujours en surface et au même lieu, une très belle pièce de monnaie portant l’effigie et l’inscription de l’empereur Philippe et datant d’après les experts, de la période du bas Empire Romain.
  • Pour l’occupation wisigothique : des tessons de couleur grise, d’une poterie assez fine, ornée de carrés estampée qui caractérisent la poterie de ce peuple, ainsi que des dalles de sarcophages estimés comme étant wisigothiques.

Tels sont les quelques témoignages qui nous parlent des origines de notre territoire.

Extrait du livre « Saint-Laurent-de-Carnols en Languedoc » par Jean Clément.